2,5 millions, avec Dieu !

Répondant à un compatriote qui a la trouille à chaque fois qu’il pense aux voisins de l’Est du Congo, voici ce que je lui écrivais…


Gérer notre frontière n’est pas si compliqué que cela. Quoique…

Soutenez le Projet 2014 pour que nous prenions le pouvoir et montrions à notre peuple comment le pays aurait dû être géré depuis le 30 juin 1960.

Nous avons besoin de 2.500.000 électeurs pour engager des négociations avec les autres parties prenantes politiques. Nous comptons sur l’Ituri et le Grand Nord kivutien pour provoquer le mouvement qui changera la donne politique au Congo.

Nos alliés du Nord et nos amis de l’Ouest sont prêts pour se joindre. Ceux du Sud et du Sud-Est hésitent ; mais, changerons d’avis s’ils voient le miracle s’accomplir : Kongo Ya Sika qui réalise 2,5 millions d’adhésions, matériellement démontrable, sur papier.

Levons-nous : avec Dieu, les portes de l’enfer ne prévaudront point contre nous. Nous disons bien : AVEC DIEU !

Mettons-le à l’épreuve si nous hésitons, si nous doutons !

Advertisements
Standard

Proposons au parlement congolais…

La stuation sécuritaire ne s’améliore guerre à l’Est.

Le plus grand nombre demeure pauvre et n’a encore aucune perspective d’avenir.

Se sont les moins instruits, formés ou éduqués qui dirigent les plus instruits, formés ou éduqués.

Le fétichisme, la superstition, la médiocrité, l’incompétence et l’indiscipline gagnent le pays, règnent en maîtres.

La diaspora congolaise est une ressource humaine qui, bien exploitée et reconditionnée, peut permettre au Congo de rapidement changer la donne politique, économique, culturelle et sociale en République Démocratique du Congo.

Ce que nous proposons au parlement congolais c’est :

  1. La remise de la nationalité congolaise à tout ceux qui l’ont perdue du fait de l’acquisition d’une autre nationalité, pour leur prmettre de se réinvestir pleinement à nouveau dans la vie de la nation.
  2. Le rappel de tous les congolais au pays pour aller booster l’innovation des politiques pratiquées, avec ceux restés dans pays depuis 1960.
  3. Pour accélérer ce processus, opter pour le soutien massif aux ONG qui sont porteurs de projets pesants, adaptés à l’environnement congolais, innovants et responsabilisants ; et de ce fait, qui ne coûtent rien à l’État, mais lui apporte une masse significative de taxes ; encourager l’entreprenariat et privatiser dans la visée de la compétitivité au niveau régional et international.
  4. Expédier proprement, courageusement, les litiges électoraux.

Pour que cela se fasse, inscrivez vous nombreux ici, pour nous rendre capables de peser dans la balance politique.

Standard

Capacités de Tshisekedi…

Dans un groupe WhatsApp, voici ce que pense un de nos compatriotes sur les capacités du Président Tshisekedi à congédier le mal de la RDC.


FATSHI SAURA-T-IL SE DÉBARRASSER DE TOUS LES ANTI-VALEURS ?

Le climat du changement ne se fait pas sentir en RDC malgré l’alternance dite”pacifique” et malgré la prise du pouvoir par un leader sorti d’un grand parti de l’opposition.  Le vol, la fraude, la corruption, les détournements, l’insécurité, le banditisme, les enlèvements, etc.

Tous les fléaux connus avant continuent comme si de rien n’était.  La raison évoquée par les pro-fatshi est la formation du gouvernement.  La vraie raison de la continuité des crimes en RDC est que Fatshi ne fait pas peur aux criminels couverts par ceux avec qui il a fait alliance et des accords pour gouverner ensemble la RDC.

Dans ce cas il sera nettement difficile à Fatshi d’éradiquer les crimes en RDC parce que les criminels et les commanditaires des crimes vont devoir faire route ensemble avec lui.
La coalition FCC-CASH va constituer ce qu’on appelle en droit “une association des malfaiteurs” et n’en sera pas autrement.  Je vois mal un Félix Tshisekedi demander à la justice d’interpeller Ramazani shadary, Néhemie Mwilanya ainsi que tant d’autres criminels du FCC coupables de la destruction de la RDC et de ses habitants.  Le décollage tant espérer de la RDC risque de finir par un crash si le peuple congolais n’est pas vigilant.

À la “base” [,la volonté] de nous prouver qu’elle est aussi capable de prendre des bonnes décisions à la place de la mauvaise prise à Genève qui a fait ressusciter la kabilie.

Désormais la mauvaise gouvernance et tout le mal seront imputés à l’UDPS et à l’UNC.  Le lourd fardeau porté par Fatshi va lui faire regretter sa décision d’avoir accepté de pactiser avec le diable.

Patrick Muzingu

Standard

Vérifier, capitaliser…

MAKAMBU TOLOBAKI LOBI, MONOKO NA BISO NGANGA.

LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE L’A ACCEPTÉ POUR VOIR DES SIGNAUX CONTRE SON ACCORD AVEC LE FCC, SINON C’EST LA CONTINUITÉ DES SANCTIONS SUR LES NOUVELLES AUTORITÉS DE LA RDC,

FÉLIX TSHISEKEDI À KINGAKATI.

La communauté internationale contrairement à ce que nombreux fanatiques pensent, reste à ce jour divisée sur la légitimité du pouvoir négocié entre Mr Joseph Kabila et Mr Félix Tshisekedi depuis des jours par l’ancien conseillé Mr Mbuyu pour sauver la peau du régime kabila.

comme dirait un sénateur américain:<< Kabila a cherché à négocié avec Fayulu le soir de la publication et celui-ci avait refusé, son histoire serait terminée et la justice aurait fait son travail si l’opposant Tshisekedi avait fait de même >>.

Mis devant la difficulté de l’imposition de Mr Tshisekedi à la cour constitutionnelle, la communauté internationale a changé aussi de stratégie, les États-Unis La Belgique et La France ont opté pour une diplomatie bilaterale commune avec le nouveau président, le reconnaître le soutenir et voir l’armée, passer par lui afin de mettre la main sur l’instigateur de l’assassinat de Michaël Sharp, et de tous ceux qui sont sur la liste de Nikki Haley remise à Kabila, de Floribert Shebeya, des massacres de Bundu Dia Kongo, des fausses communes de Maluku, aujourd’hui de Yumbi.

Et ces États ont mobilisé tous les États alliés africains à joué le jeu, mais dont l’Angola et Brazzaville avait une mission spécifique dans ce jeu.

ce jeu serait d’accompagner surtout militairement le nouveau président après son debrifing à huis-clos avec l’ambassadeur américain à Kinshasa avant et après son investiture, connaissant bien ses limites de pouvoirs convenus dans son leurs accord avec Mr Kabila. surtout du fait que jusqu’à ce jour, en dépit de tous ce que l’Afrique du Sud peut entreprendre avec Kabila pour faire valider à le pouvoir négocié entre Tshisekedi et Joseph Kabila aux pairs africains, seul l’Angola de João Laurenço a le pouvoir définitif de décider sur la validité ou non d’un régime politique en RDC suivant la mission spéciale lui confié par les USA.

Chose qui a motivé l’ambassadeur Hammer chez Mr Félix Tshisekedi avant son investiture pour l’entendre religieusement sur les contours de son accord avec Kabila et lui dire, que Washington privilégiait la voie pacifique, sur ce, les USA allaient calmer tous les États contre sa légitimité mais suivant des conditions.

1. l’ambassadeur a dit à Félix qu’il devait regler les contientieux electoral avec Lamuka autour d’un dialogue,
2. que les USA voulaient l’arrestation de tous les kabilistes sur la liste de Nikki Haley sur l’assassinat de Mike Sharp,
3. que les USA attendaient un contrôle systématique des villes minières, cause des conflits d’intérêts entre les USA et la Chine et voir de Kabila et la communauté internationale vu le grand projet du président Trump sur le marché électronique.
Si Mr Félix Arrivait à faire ses choses, alors son pouvoir sera véritablement consolidé.

raison pour laquelle tous les États contre La présidence de Felix Tshisekedi ont tous changé de position pour félicité et déclaré qu’ils étaient tous prêts à travailler avec lui.

chose qui a motivé Félix Tshisekedi et son collaborateur Mr Vital Kamerhe de après avoir étudié cette mission, a engager directement un dialogue avec Mr Bahati Lukwebo étant celui qui a le plus des députés dans son regroupement AFDC et alliés dont les AAA, AAAD,AAAC pour chercher à renverser la tendance au profit de CACH pour pour avoir la majorité parlementaire, et Mr Bahati Lukwebo était totalement d’accord de quitter le FCC vu les postes importants convenus avec Mr Kamerhe.

Ayant appris cela, contrôlant et surveillant parfaitement Mr Felix Tshisekedi, Mr Joseph Kabila a immédiatement envoyé Mr Kalev Mutong Voir Mr Bahati Lukwebo pour lui mettre en garde et lui dire que, le Raïs connaissait déjà tous les traîtres du FCC dont lui Mr Bahati, voilà pourquoi il avait instruit la CENI de le retrancher de la députation nationale et aussi à la cour constitutionnelle de pas si vite valider les députés nationaux et provinciaux.
Et pour sa magouilles avec Mr vital Kamerhe si jamais il son regroupement et Alliés osait quitté le FCC, la cour constitutionnelle allait simplement tous les invalider et ils seront définitivement retranchés de la politique.
raison pour laquelle Mr Bahati Lukwebo en danger s’est vu obligé de niait et rejeté publiquement leurs ententes avec CACH, rendant ainsi compliqué le calcule de Félix Tshisekedi.

chose qui ramènera pour la deuxième fois de suite en une semaine, chose qui est anormale dans la diplomatie, l’ambassadeur américain au palais de la nation pour un redebrifing de Félix Tshisekedi.
Mr Hamlet était mécontent d’entendre de Mr Félix que les chances pour réussir la dite mission se réduisait de plus en plus du fait que Mr Joseph Kabila contrôlait tout ses les alliés ne semblaient pas vouloir coopérer avec lui, et aussi que Mr Kabila refusait tout dialogue avec Lamuka, y compris pour la gestion de provinces pour la province de lualaba avec les coltans.
comme l’a dit l’ambassadeur dans le médias,<< nous avons parlé avec le president Félix Tshisekedi de sujets specifiques liés à nos deux nations>>.
le sujet spécifique était que le diplomate américain avait pour l’occasion apporté deux de ses collaborateurs chargés de sécurités et de développement.
le diplomate a rappeler a Mr Félix Tshisekedi le caractère cruciale de cette mission où Mr Félix devra se montrer courageux comme le même Joseph Kabila en 2001 avec Mzée LD Kabila,
et pour l’encourager, l’ Ambassadeur lui a informé de l’ invitation du président Angolais João Lourenço étant décideur des USA en Afrique centrale pour aller discuter longuement du sujet avec lui.
hors mis l’ invitation aussi du président Sassou par le fils Denis Christelle Sassou venu le même jour, et aussi du president Kenya pour aller en réalité faire état de ses préoccupations par rapport à cette mission cruciale.

C’est alors que Mr Felix Tshisekedi fera la deuxième tentative après celle de Bahati Lukwebo, qui sera alors celle de parler avec les militaires lors de sa visite au camps Tshatshi où son protégé Mr Joseph Kabila n’y était nullement informé.
Mr Félix a avec beaucoup des prudences dans son langage moralisé les militaires pour un soutient dans ses actions qui pourront être contre son accord avec Joseph Kabila comme lui demande les USA, et pour cela il est allé jusqu’à promettre une réhabilitation des services sociaux militaires , les hôpitaux et écoles militaires adéquats.
Chose qui n’a pas du tout plu à Joseph Kabila avec ses collaborateurs rwandais dont Mr Ilunga, et Mr Azarias Ruberwa qui ont directement décidé de plus renforcer le contrôle sécuritaire de Mr Félix.

Mr Joseph Kabila va pour le cas, instruire un des juges de la cour constitutionnelle pour sortir unilitaléralement la véritable version de l’arrêt de la constitutionnelle qui reconnait recevable et fondée la requête de Lamuka, dans le but rappeler à l’ordre et au respect stricte de l’accord conclu entre lui et mr Felix Tshisekedi qui tentait des choses bizzares. pour lui dire que Mr Kabila pouvait à tout moment le faire tomber et avec facilité pel importe ce que ça lui coûtera parce que il jouait le tout pour tout.

Mr Kabila va ensuite instruire à celui qui est le plus recherché de cette black liste demandé à Mr Felix Tshisekedi par les USA, Mr Kalev Mutong et à sa propre famille de tout faire pour garder le contrôle de la province convoitée du coltant le LUALABA et du TANGANYIKA et le LOMAMI pour contrer la demande américaine et bloquer le projet de Donald Trump sur la révolution électronique et contre le marché de ses alliés la Chine que Les USA veulent arracher, chose qui complique d’avantage la mission de Mr Félix Tshisekedi.

Et après forte reunion entre ses collaborateurs Mr Ruberwa et Mr Ilunga ont trouvé un protocole additionnel pour maîtriser toute la sécurité de Mr Félix Tshisekedi partout où il se rendra, où avec qui il discutera, d’où l’imposante decision de Mr Kabila à Nommé dans le cabinet du nouveau président d’ un autre Black listé sur la liste de Nikki Haley, un Kabiliste de sang, et aussi par sa connotation tribale Luba, Mr Francois Beya.

si l’Afrique du Sud était le plus privilégié sur la RDC, Félix Tshisekedi allait se rendre avant tout et d’abord à prétoria vu le soutient de leur accord avec le FCC par le president Cyril Ramaphosa, mais bizzarement cette primauté est donné à l’Angola, pourtant Le même João Laurenço reste contre cette alternance de façade à Kinshasa?
parce que Joseph Kabila, Felix Tshisekedi, Les USA la Belgique et la France, L’ONU, L’ UA, L’UE tous savent que pour la RDC, c’est d’abord et avant tout l’Angola avant le RSA et le Kenya.
Et Mr Félix Tshisekedi devait d’abord comme lui avait dit l’ambassadeur américain, allait discuter de sa survie présidentielle en Angola.

en Angola, bizzarement pour une première visite officielle d’un nouveau président, il reçoit Mr Félix à la présidence mais il refoule plus de 500 congolais vivant en Angola de nouveau et pire au même moment, signe de la méconnaissance officieuse d l’Angola du nouveau président.
pendant l’entretien de une heure, João laurenço a d’abord demandé en blaguant à Félix Tshisekedi pourquoi il revoyait les mêmes visages qu’il a revu plusieurs fois dans les visites de Joseph Kabila, puis l’a laissé parlé longuement de son problème.
Felix Tshisekedi a demandé une véritable reconnaissance de l’Angola en l’aidant financierement pour des réformes économiques, baissant les pressions politiques et accepter via ce compris à la congolaise, une politique de réconciliation et non d’une chasse aux sorcières.

malhreusement pour lui, le président Laurenço lui a clairement dit qu’il n’a pas été voté, car les ces sont les USA et l’UE qui ont financés la Ceni dans son observation électorale, et que son pouvoir resté contesté et qu’il devait trouvait un consensus avec Lamuka et les autres forces vives de la RDC, sans quoi la crise demeurera,
ensuite le président Angolais lui a rappeler qu’il devait avant tout faire justice, car la place de certains visages avec lui dans sa délégation leur place était en prison,
puis qu’il ne devait pas faire obstacle au plan économique des USA contre la Chine, et que si Kabila le bloquait lui l’Angola enverra une forces militaire pour le sécuriser comme s’est vu avec Dos Santos et Joseph Kabila.
chose qui a poussé Félix Tshisekedi a reconnaître publiquement devant la presse que son élections était trampée d’irrégularité mais ne changeait en pas le fait qu’il soit élu.
et aussi pour le dialogue avec Lamuka, il attendait les preuves, une façon de réfuter ce que lui exige le président Angolais.
Il en sera de même avec Sassou Ngesso à. Brazzaville.

Mais au Kenya, il sera plus question de partage de butin, car Joseph Kabila a initié un grand lobbying chez les chefs d’États pro Kabila pour faire valider son accord avec Félix par toute la communauté internationale…
chose qui enverra deja Kabila, une délégation de ses collaborateurs chez le président Al Sisi d’Égypte pour Baliser le chemin pour felix Tshisekedi.

Le Projet de Kabila c’est de faire appuyé Felix Tshisekedi dans les hautes instances pour casser toute pression contre son accord avec Félix, et abandonner la voie du dialogue avec Lumuka que lui exige les USA, la Belgique, l’UE, l’Angola et Brazzaville.
alors il su négocié au moyen d’intérêta respectif de chaque État un soutien considérable.

il va d’abord négocié navec le sud africain Cyril Ramaphosa son parrainage de leur accord avec Félix Tshisekedi au profit d’une carte bleu sur le projet inga, le même projet d’Inga marie le projet de Nil de l’Égypte avec le fleuve Congo pour le transfère d’eau en vu de ressourcer le Nil, d’où la négociation direcete avec le président Égyptien Al Sisi par sa délégation dont Néhémie Mwilanya, Azarias Ruberwa et Raymond Tshibanda pour un compromis avant même sa prise de fonction de président en exercice de l’UA.
le Sud Africain Ramaphosa va direcetement s’entendre avec l’égyptien Al sisi pour écarter la centre Afrique censée avoir la deuxièmement vice-présidence de l’UA pour nommer à la place Felix Tshisekedi pour consolider l’accord de Kabila et Felix au niveau internationale.
Kabila va même négocié avec le président Kenyan le bénéfices des nouvelles voies routières de minerais entre la RDC et le Kenya dont le président Kenyatta serait grand bénéficier.
et au président de la SADC, du Zimbabwe, il va déployés des grands lobby.

le consigne sera alors donné à Félix Tshisekedi de refusait toute demande de consensus et s’appuyer sur le fait qu’il est le président élu.

raison pour laquelle, au sommet de l’Union Africaine, le tous les chefs d’États étais sous la morale du sud africain Cyril Ramaphosa pour faire valider Félix Tshisekedi.
mais malheureusement pour lui, le bloc anti accord kabila -Felix Tshisekedi se fait pas tarder de se lever.

il commence d’abord par le président Angolais qui refuse de prendre part à la réunion de la Sadc validant l’accord de Félix et Kabila.

puis, le SG de l’ONU qui en bon diplomate a demandé à Félix tant bien sa validation de tout faire pour résoudre le problème de l’insécurité à l’est avec les groupes armés, puis le SG de l’ONU a redressé le président Sud africain en desaprouvant sa démarche d’isoler Lamuka dans la recherche de la solution.
la pression était tellement forte que Cyril Ramaphosa et la délégation de Kabila qui accompagnaient Félix ont alors lancé ce sloguant pour couper cour et contrecarrer l’offensive du SG de l’ONU disant : << Mr Anthonio Guterres, l’élection de Félix Tshisekedi à la vice-présidence de l’UA met fin toute contestation électorale>>.
mais le SG de l’ONU refutera immédiatement cette thèse.
poussant alors le président sud africain Ramaphosa à se réunir à nouveau avec sa nouvelle équipe de kinshasa pour décider des nouvelles stratégies, que lui-même ira rencontrer pour la deuxieme fois le SG de l’ONU pour dire que l’afrique du sud étant parrain de la paix en RDC cas parrain de l’accord entre Félix Tshisekedi et Joseph Kabila, elle entreprendra des démarches auprès de Lamuka et autres forces vives pour leur demander de s’unir avec Félix Tshisekedi dans le Prochain gouvernement qui va sortir, mais que si jamais Lamuka refusait alors ils devront faire avec Félix Tshisekedi comme président élu.

puis, ça sera le president Avoirien Alassane ouatara qui, de la part de la France lors de sa rencontre avec Felix, lui demandé de résoudre le Problème électorale quand même, sans quoi la France ne cessera pas de l’embêter, et Felix supplié Ouatara pour qu’il calme Emmanuel Macron et Jean Yves le drian,

puis, le choc de Choc viendra lors de la rencontre avec Frederica Mogherini de l’UE, qui elle dira clairement à Félix Tshisekedi en présence même de She Okitundu et Kinkaya Bin Karubi, qu’au delà son accepetation par l’UE, l’Europe toute entière attend voir Felix Tshisekedi mettre la main sur tous les Black listé de la communauté internationale, et de tout faire pour résoudre la crise de légitimité qui pourrait encore dégénérer dans toute la région.
Félix Tshisekedi en honte de deux Kabilistes avec lui, a directement joué le défenseur de Kabilistes, il a directement répondu à madame Frédérica qu’ Il ne fera jamais la chasse aux sorcières comme lui demande l’autre tendance de la communauté internationale, que lui était bel et bien élu, mais il verra déjà pour la réintégration de l’envoyé spécial de l’Union Européenne à Kinshasa.
mais que pour la demande d’un dialogue avec c Lamuka, lui Félix rejeté cette demande car deja son élection à la vice-présidence de l’UA mettait fin à toute contestation crise de légitimité.
Ne partageant pas le même avis, Madame Frédérica Mogherini a répliqué à Mr Félix Tshisekedi que si jamais il ne voyait pas des signaux importants dont on lui demande, alors la politique des sanctions s’abattra sur les nouvelles autorités de la RDC.
un bras de fer qui s’annonce deja ouvertement entre Félix Tshisekedi et l’UE.

revenu le mardi dans la journée à Kinshasa, Felix Tshisekedi s’est rendu à Kingakati chez le boss Joseph Kabila pour lui faire rapport et ponfiner des nouvelles stratégies.
la stratégie est que dans les jours qui suivront, des émissaires de l’UA et de la SADC viendront à Kinshasa pour rencontrer Lumuka et Les forces vives de la RDC qui contestent Félix Tshisekedi pour leurs exiger de l’accepter définitivement et s’unir avec lui dans le prochain gouvernement FCC-CACH, et non suivant le schéma que leurs exige les USA, l’UE, l’Angola et Brazzaville et la Zambie.
dans cette stratégie, Kabila a aussi opter pour le débauchage des certains Leaders ou membres de Lamuka au cas où Martin Fayulu et les autres forces vives refuseraient.

La démarche se Cyril Ramaphosa avec Felix Tshisekedi et Kabila ne satisfait pas l’Angola et le Congo Brazzaville, et la Zambie bien que soutenu par l’UA de l’Al sisi et la SADC. c’est pourquoi le président Zambien Edgar Lungu vient à son tour de convoquer Félix Tshisekedi pour le ramener dans le droit chemin.

Et Joseph Kabila garde un oeil vigilant sur Félix Tshisekedi.
.

Standard

Avenir : notre Congo

RDC:Mo Ibrahim déclare : le congo aura beaucoup de mal à se développer avec ce président sans expérience et sans charisme

L’image contient peut-être : 1 personne

Mo Ibrahim déclare : le congo aura beaucoup de mal à se développer avec ce président sans
expérience et sans charisme. Mo Ibrahim ajoute, il est inacceptable qu’un président qui est élu voyage deux semaines après son investiture sans avoir créé un gouvernement ni faire un débat nationale pour éviter les tensions tribale à travers son pays . Le président congolais actuelle dois se faire entouré des personnes ayant beaucoup d’expérience et pourquoi pas surprendre l’opinion international et nationale en nommant Moïse katumbi comme premier ministre ? Le nouveau président congolais est une étiquette sans valeur d’un pouvoir qui profite au clan kabila. Les congolais ne peuvent rien espérer de ce monsieur s’il ne se rapproche pas de katumbi .
Par Radio okapi

Standard